ATSA: Personne n’est exclu

Qui ? L’organisme Action Terroriste Socialement Acceptable (ATSA), responsable du projet, avec la collaboration du Centre de jour St-James, de Funambules Médias, de Head and Hands, du Bon Dieu dans la rue, de Cactus Montréal, d’En marge 12-17 et de la compagnie Les 7 doigts de la main.

Quoi ? Trois projets de médiation culturelle invitant des personnes marginalisées ou exclues à réaliser des œuvres sous la direction d’artistes engagés, dans le cadre de la 12e et ultime tenue des États d’urgence, à l’hiver 2010.

Regroupés sous le nom de La rue vous offre, ces trois ateliers-réalisations étaient chacun liés à un organisme communautaire : le Centre St-James, Head and Hands et le Bon Dieu dans la rue. Chaque partenariat a permis d’offrir des apprentissages culturels personnalisés aux itinérants et aux décrocheurs et de les impliquer dans le manifestival que sont les États d’urgence.

Un mot sur les États d’urgence

Impossible d’évoquer le projetLa rue vous offresans  parler brièvement des États d’urgence. Créé en 1998 par les artistes Pierre Allard et Annie Roy, fondateurs et principaux artisans de l’organisme ATSA, l’évènement a eu lieu une fois par an, de 1998 à 2010. Ce manifestival d’envergure sensibilisait la population sur les conditions de vie des itinérants, en plus d’offrir gratuitement à ces derniers, pendant plusieurs jours, des vêtements, des repas, des soins de santé, etc. Un répit avant l’hiver.

La singularité de cette plateforme était d’offrir une programmation artistique multidisciplinaire, de travailler avec des organismes culturels, des artistes professionnels et amateurs, incluant les itinérants, les jeunes, les marginalisés, les exclus, le tout créant un happening mobilisateur et valorisant pour tous.

La rue vous offre, édition 2010

Le Centre de jour St-James et Sylvain Bouthillette

Exposition des œuvres lors des États d’urgence 2010. © ATSA

L’artiste peintre montréalais Sylvain Bouthillette s’implique depuis longtemps auprès des personnes touchées par la précarité. En s’associant avec le Centre de jour St-James, il a initié cinq participants à la création artistique à partir de matériaux bruts. En l’occurrence, et pour être en lien avec le thème des États d’urgence 2010 (Tout inclus dont personne n’est exclu), les artistes amateurs ont réalisé 20 peintures sur chaise de plage. Les réalisations ont été exposées durant le manifestival et lors de la tournée de l’exposition 10 ans d’Urgencedans le cadre du Conseil des arts de Montréal en tournée. Sylvain Bouthillette souligne la pertinence du projet par cette remarque: « En associant leurs propres visages à des personnages éclectiques, … les usagers du Centre St-James prennent position sur leur réalité quotidienne. »

Funambules Médias et le projet Next-GEN de l’organisme Head and Hands

Projet Next-GEN (Head and Heads) et Funambules Médias

Projet Next-GEN (Head and Heads) et Funambules Médias 2010. © Martin Savoie

Le projet Next-GEN NDG, développé par l’organisme communautaire Head and Hands, rejoint des jeunes de l’arrondissement Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce en situation de précarité. Initiés à la pratique documentaire par Funambules Médias, les participants ont produit trois clips sur la réalité des jeunes de la rue. Ces vidéos ont été diffusées à la place Émilie-Gamelin, lors des États d’urgence, et à l’Office National du Film. L’objectif, réussi, était double : renouveler le regard porté par Funambules Médias, partenaire de longue date de l’ATSA, sur l’événement et donner aux jeunes l’opportunité de briser leurs préjugés sur les itinérants. Pari réussi! Les jeunes vidéastes ont livré à travers leur film un argumentaire cohérent sur l’itinérance. Par la suite, ils ont accompagné les réalisateurs professionnels sur le tournage de leur plus récent documentaire : « De prison en prison ».

À voir : les documentaires réalisés sur la chaîne YouTube de l’ATSA

Les 7 doigts de la main et Cirque du Monde

Des jeunes de 10 à 12 ans fréquentant les organismes Bon Dieu dans la rue, Cactus Montréal et En marge 12-17 se sont rassemblés dans la troupe Cirque du Monde depuis quelques années déjà. En créant des spectacles vivants, ils canalisent leur énergie et apprennent le sens de l’engagement. L’ATSA leur faisait une place dans leur programmation depuis deux ans.

Le collectif Cirque du Monde

Le collectif Cirque du Monde © ATSA

En 2010, leur talent a pris un nouvel essor grâce à l’accompagnement de l’organisme Les 7 doigts de la main. Le projet a permis aux jeunes de faire une incursion dans la réalité des artistes professionnels avec son lot de défis.

À noter : Le projet a bénéficié du soutien financier Programme de partenariat culture et communauté dans le cadre de l’Entente sur le développement culturel de Montréal.

À voir : la page YouTube de l’ATSA

À suivre : l’ATSA sur Facebook

À consulter : La nouvelle 10 ans d’urgence, une exposition itinérante de l’ATSA

 

 

Autres articles pouvant vous intéresser

Laisser un commentaire

Dites-nous ce que vous en pensez...