Écoute pour voir

Qui ? Emmanuel Jouthe et les interprètes de la compagnie Danse Carpe Diem/Emmanuel Jouthe, le Regroupement québécois de la danse (RQD) et des étudiants en danse à l’Université du Québec à Montréal.

Quoi ? Le projet Écoute pour voir dans un nouveau contexte, ancré davantage dans le tissu social et urbain de la ville. Un parcours composé de quatre arrêts par jour dans deux espaces publics différents (un centre hospitalier et une bibliothèque)

 

Solo…à deux ?

Un spectateur, un danseur, un Ipod et une paire d’écouteurs; Écoute pour voir est né. Ce projet d’Emmanuel Jouthe est une proposition artistique qui met en relation un spectateur et un danseur réunis par le partage d’une musique choisie par l’interprète dans une performance intimiste, mais pas seul. Une danse nomade, une promenade à deux, un dialogue de proximité qui met en scène des personnes qui vibrent en harmonie. La beauté de l’idée est dans sa simplicité, alors que le caractère innovant se trouve dans l’accessibilité des lieux proposés.

[vimeo]http://vimeo.com/35511585[/vimeo]

Vidéo Écoute pour voir – édition 2011

 

Réinventer le rapport scène-salle

Donnez-lui un lieu où la danse est une activité improbable et Emmanuel Jouthe en fait une scène. En effet, le projet Écoute pour voir, se déroulant dans le cadre de l’événement annuel Semaine Québec Danse, repousse les limites du rapport scène-salle en occupant des lieux où le spectateur est surpris par l’action culturelle. Axe important du projet, le désir est de contaminer de nouveaux contextes moins touchés par la danse, afin d’agrandir la portée sociale de la proposition artistique. Pendant quatre jours, un nombre croissant de danseurs s’approprieront des espaces publics  pour les transformer en scènes inédites.

Inspiré par le désir commun d’élargir le champ d’intervention de la danse, aucun public en particulier n’est ciblé. Le projet vise plutôt à interpeller des personnes d’âges différents dans leur situation quotidienne par des interventions inattendues. Sans arrière-pensée, ni visées pédagogiques, cette expérience est offerte et vécue en temps réel, entre deux ou plusieurs personnes. Ces rencontres permettent d’assister à l’approfondissement et à l’enrichissement d’une proposition artistique fort pertinente, dans des lieux où la danse est généralement peu présente. Jusqu’à présent, un centre hospitalier et une bibliothèque ont été ciblés. Dans le passé, l’activité a connu un immense succès dans des contextes à caractère culturel, tel des théâtres. En 2012, on sort de la salle de spectacle; au tour des autres sphères de la vie sociale d’accueillir les danseurs!

 

À ne pas manquerEmmanuel Jouthe, entrevue avec un artiste engagé

À lire : « Pas de danse, pas de vie : pas de deux en ville » publié dans La Presse sur l’événement 2010

À voir : La vidéo sur YouTube de la 5e édition de Pas de danse, pas de vie!

 

À consulter : Le site web de la compagnie Danse Carpe Diem/Emmanuel Jouthe, et celui de Pas de danse, pas de vie duRegroupement québécois de la danse

À noter : Le Regroupement québécois de la danse a bénéficié du soutien financier du Programme montréalais d’action culturelle pour réaliser ce projet.

Crédit photo page d’accueil : Vidéo Écoute pour voir – édition 2011

Autres articles pouvant vous intéresser

Commentaires

1 Commentaire pour “Écoute pour voir”

Trackbacks

Check out what others are saying about this post...
  1. […] un article sur son projet avec le Regroupement québécois de la danse (RQD) : Écoute pour voir […]



Laisser un commentaire

Dites-nous ce que vous en pensez...