LA MÉDIATION CULTURELLE EN 3 QUESTIONS : L’ARRONDISSEMENT SAINT-LAURENT

Découvrez régulièrement les savoir-faire développés par des intervenants de la médiation culturelle dans le cadre de notre série d’entrevues «LA MÉDIATION CULTURELLE EN 3 QUESTIONS». Une mine d’informations pour les artistes, les organismes culturels et communautaires, les diffuseurs culturels et tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur la médiation culturelle à Montréal.

« La plupart du temps, la clé du succès d’un projet est le partenariat et l’implication des différents collaborateurs. »
— Virginie Simard-Tozzi

Cite_Photo_10

Comment la médiation culturelle s’intègre à votre programmation régulière d’activités au Centre Lethbridge ?

Pour chacune de nos expositions, des visites guidées et des ateliers de création sont offerts à des groupes d’aînés et à des enfants du primaire. Les artistes sont très impliqués dans l’élaboration des ateliers. La médiatrice les accompagne. Elle sélectionne une œuvre ou une démarche que les participants peuvent explorer afin de revivre le processus créatif de l’artiste.

Les participants développent souvent l’habitude de revenir au centre ensuite pour voir les nouvelles expositions. Les enfants ont aussi l’occasion d’exposer leurs réalisations au centre d’exposition Lethbridge. Ils peuvent inviter leur famille et leurs amis, et cela fait connaître le centre à un plus grand nombre de citoyens. En 2016, nous avons accueilli près de 450 visiteurs supplémentaires.

 

En dehors de votre programmation régulière, comment choisissez-vous les projets de médiation culturelle présentés? 

À Saint-Laurent, nous procédons de deux façons pour élaborer nos projets de médiation culturelle. Dans certains cas, les artistes nous approchent directement parce que la thématique de leur projet ou de leurs œuvres est en lien direct avec un aspect spécifique de notre territoire, comme la question de l’immigration. Parfois, les artistes eux-mêmes sont issus de l’immigration et leur démarche artistique en témoigne, d’où l’importance pour eux de proposer un travail artistique avec des participants ayant vécu le même cheminement. C’est le cas, entre autres, de l’artiste Talia Hallmona avec qui nous collaborons depuis trois projets distincts maintenant. Nous apprécions beaucoup les projets initiés par les artistes. Ils amènent des démarches souvent très étoffées qui sont enrichissantes pour nos citoyens et pour l’arrondissement.

Certains autres projets découlent davantage d’un défi à relever pour l’arrondissement, du désir d’améliorer une situation spécifique. Dans ce cas, nous proposons à des artistes de collaborer avec nous en réfléchissant à ce qu’ils peuvent apporter dans ce contexte spécifique.

 

De manière générale, quelles sont les qualités qui vous semblent nécessaires pour réaliser un projet de médiation culturelle?

La plupart du temps, la clé du succès d’un projet est le partenariat et l’implication des différents collaborateurs. Dans le cadre d’un projet, il faut s’occuper autant de la mise sur pied du projet, que du recrutement des participants, du budget, de la motivation des participants, etc. Nous avons besoin de travailler en partenariat pour atteindre nos objectifs. Les institutions scolaires sont souvent d’excellentes portes d’entrée pour faire connaître nos projets destinés aux jeunes. L’implication des participants et des artistes est également primordiale. Certains projets s’échelonnent dans le temps, ce qui demande un investissement important pour vivre le processus dans son entièreté et en apprécier chacune des étapes.

L’arrondissement de Saint-Laurent réalise ses projets et son plan de médiation au Centre Lethbridge et hors les murs avec le soutien financier du Programme de médiation culturelle des arrondissements montréalais dans le cadre de l’Entente sur le développement culturel de Montréal.

Le centre d’exposition Lethbridge

Riche de plus de 25 projets en médiation culturelle réalisés par le passé, l’arrondissement Saint-Laurent développe des activités de médiation culturelle dans le cadre de sa programmation régulière, mais aussi dans celui de projets spéciaux hors les murs. En 2016, les projets Expériment’Art! pour un public aîné et Découvr’Art pour les jeunes ont été mis sur pied : il s’agit de visites guidées et d’ateliers de création donnés par des artistes qui exposent au Centre Lethbridge. Cet automne, un projet d’écriture en théâtre a été aussi offert par Talia Hallmona sur les thèmes de l’amitié et de l’amour interculturels qui reflètent la réalité des adolescents de l’arrondissement. Un autre projet sera proposé l’été prochain par la compagnie Le Trunk collectif qui souhaite réaliser une nouvelle création en collaboration avec des familles immigrantes dans un espace public de l’arrondissement.

 

Quelques projets de médiation culturelle réalisés dans l’arrondissement

Pour plus d’informations :

Virginie Simard-Tozzi : virginie.simard-tozzi@ville.montreal.qc.ca
Agente de développement culturel
Arrondissement de Saint-Laurent

 

Laisser un commentaire

Dites-nous ce que vous en pensez...