Tisser une courtepointe de comptines et de berceuses

Avec Comptines et berceuses en courtepointe, la maison de la culture de Côte-des-Neiges s’associe à deux organismes communautaires du quartier — l’Association des parents de Côte-des-Neiges et le service d’interprète d’aide et de référence aux immigrants (SIARI) – pour collecter des berceuses et des comptines ancestrales venant des quatre coins du monde. Un projet artistique qui tisse des fibres multiculturelles et intergénérationnelles dans le quartier.

Une courtepointe musicale

Une courtepointe est un tissu composé de tissus différents cousus ensemble. Avec Comptines et berceuses en courtepointe, la maison de la culture de Côte-des-Neiges s’associe à deux organismes communautaires du quartier pour créer une courtepointe faite de fibres musicales multiculturelles et intergénérationnelles. Pendant deux ans, une dizaine d’ateliers de médiation culturelle seront offerts aux enfants, aux parents et aux grands-parents de familles immigrantes de l’arrondissement afin de recueillir des contes et des berceuses qui seront diffusés à la maison de la culture et sur un livre-CD produit par Planète rebelle en 2017.

Le premier volet de ce projet est composé d’une dizaine d’ateliers de médiation qui visent à rencontrer les participants, les aider à dépasser leurs inhibitions et à leur permettre d’apprivoiser l’univers du conte avec la conteuse Renée Robitaille, l’artiste visuelle Marie-Pierre Normand et le musicien Etienne Loranger. Au travers d’exercices allant du dessin à l’exploration de sons dans un studio d’enregistrement portatif ou à la lecture de contes, grands-parents, parents et enfants apprivoisent l’univers du conte et de la musique tout en partageant les contes et les berceuses de leurs pays d’origine.

ComptinesetBerceuses_1

Atelier de dessin avec Marie-Pierre Normand. Crédit photo : Étienne Loranger et Renée Robitaille

Les participants commencent par expérimenter la matière avec le dessin, le collage ou la sculpture. Quand des enfants sont avec des parents dans un lieu et qu’ils commencent à travailler avec les mains, il y a quelque chose qui se passe. C’est là que se fait le premier lien. « Avant que les gens chantent et parlent, il faut d’abord faire des objets, travailler concrètement la matière », explique Luce Botella, agente culturelle à la maison de la culture de Côte-des-Neiges.

Faire chanter tout un quartier

Le premier volet de ce projet permettra également de recruter une vingtaine de personnes de diverses origines pour enregistrer avec Étienne Loranger les berceuses et les comptines ancestrales qui figureront dans l’album produit par Planète rebelle. Renée Robitaille fera un travail de traduction et de transcription des textes menant à la création de nouvelles comptines en français qui feront partie de l’exposition. Enfin, le travail plastique que les participants auront fait avec Marie-Pierre Normand servira à l’artiste de point de départ pour conceptualiser un univers visuel utilisé pour l’exposition finale à la maison de la culture et pour les illustrations de l’album CD.

Cette collecte promet de témoigner de l’incroyable diversité multiculturelle de l’arrondissement Côte-des-Neiges. L’exposition rassemblera probablement une dizaine de langues et de pays différents. Elle permettra de partager toute la richesse d’un patrimoine culturel oral, tout en mettant en valeur le processus d’intégration des familles immigrantes du quartier.

ComptinesetBerceuses_Impression_9

Atelier de médiation culturelle. Crédit photo : Étienne Loranger et Renée Robitaille

« C’est un projet qu’on a conçu avec les artistes et les partenaires », précise Luce Botella. C’est d’ailleurs la première fois qu’un projet de médiation culturelle était proposé par l’organisme communautaire. « Habituellement, c’est la maison de la culture qui approche des organismes. Mais cette fois-ci, ce sont eux qui sont arrivés avec leur idée de berceuse. Nous avons conçu le projet à partir de cette idée », ajoute Luce Botella qui y voit la marque d’un intérêt de plus en plus important de la société pour la médiation culturelle.

 

À noter : le projet a bénéficié du soutien financier du Programme de médiation culturelle des arrondissements montréalais.

 

EN SAVOIR PLUS

 >> Découvrez les autres projets de médiation de la maison de la culture de Côte-des-Neiges sur notre site.

>> Faites la connaissance de Luce Botella, agents culturelle de la maison de la culture de Côte-des-Neiges, que nous avons rencontrée pour faire une entrevue avec elle.

>> Joakim Lemieux parle du projet dans sa chronique sur MaTV.

Capture d’écran 2015-12-02 à 09.49.09

Autres articles pouvant vous intéresser

Laisser un commentaire

Dites-nous ce que vous en pensez...