De la création sous surveillance avec Pascal Dufaux, par Audrée-Jade Ravary

Tout l’été et jusqu’au 3 septembre, le centre culturel de Notre-Dame-de-Grâce accueille l’artiste Pascal Dufaux. Avec l’exposition Réflexions scopiques, ce dernier propose une œuvre installative dans laquelle sont questionnés les concepts d’instantanéité et de surveillance.

Installation suspendue, à la fois sculpturale et vidéographique, cette œuvre mobile est composée de miroirs, de fragments de verre ainsi que de formes organiques dans lesquelles sont incrustées des caméras. Au centre de cet intriguant dispositif, ce sont surtout les jeux de regard qui dominent. En effet, alors que les caméras et les miroirs de l’œuvre épient les visiteurs et renvoient leurs reflets à travers les écrans qui longent les murs de l ‘espace, deux actions s’opèrent : celle de regarder, mais surtout celle d’être vu.

Face à cette œuvre complexe et d’une extrême actualité, le médiateur Marc-Alain Robitaille a entrepris de rendre intelligible Réflexions scopiques au jeune public. Les enfants sont aujourd’hui très familiers avec la technologie et l’instantanéité de l’information. Mais qu’en est-il de leur conscience vis-à-vis des procédés de surveillance qui opèrent dans les lieux publics et depuis nos appareils de communication personnels?

Lors de mon passage, les jeunes du camp de jour Loisirs sportifs Notre-Dame-de-Grâce se sentaient très interpellés par cette question de la surveillance, alors que plusieurs savaient être espionnés dans leur quotidien… et dans la pièce! Après avoir compté le nombre de caméras cachées dans l’œuvre et le nombre d‘écrans présents, les enfants ont ensuite créé des mobiles personnalisés sur le thème de l’hypermédiatisation. Une fois le support construit, chacun a sélectionné les pictogrammes de son choix afin de réaliser une œuvre mobile rappelant les enjeux discutés tout au long de l’activité. Les images de caméra, de téléphone cellulaire, d’emojis retrouvés sur les réseaux sociaux ont pris une tout autre signification ainsi sortie de l’écran pour devenir des œuvres d’art mobiles. L’ambiance était à la concentration lors de l’atelier. Tous et toutes ont témoigné de beaucoup de sérieux, et les résultats se sont montrés à la hauteur de leur travail.

 

Crédit photos : Audrée-Jade Ravary


 

Dans le cadre de son stage, AUDRÉE-JADE RAVARY fait une tournée estivale des activités de médiation culturelle dans plusieurs quartiers de Montréal pour en ramener des photographies et des réflexions que nous posterons régulièrement sur le site, ainsi que sur les médias sociaux.  
 Audrée-Jade est finissante au baccalauréat en histoire de l’art et à la concentration en études féministes à l’Université du Québec à Montréal. Son intérêt et son souci pour les questions d’inclusion, de démocratisation et d’éducation dans le milieu de l’art guident ses travaux et projets. Avec une lunette féministe, et le désir de donner une voix aux personnes et aux groupes sociaux sous représentés dans les récits de l’histoire de l’art!

 


Informations

Pascal Dufaux – Réflexions scopiques
Du 30 juin au 3 septembre 2017 au Centre culturel de Notre-Dame-de-Grâce

L’exposition est présentée dans le cadre de l’événement Un million d’horizons du réseau Accès culture pour souligner le 375e anniversaire de Montréal.

Commissaire invitée : Nathalie Bachand

Le projet bénéficie du soutien du ministère de la culture et de la Ville de Montréal dans le cadre de l’Entente sur le développement culturel de Montréal.

 

En savoir plus

♦ Découvrez les autres activités offertes pendant l’événement  Un million d’horizons du réseau Accès culture pour souligner le 375e anniversaire de Montréal.

 

Autres articles pouvant vous intéresser

Laisser un commentaire

Dites-nous ce que vous en pensez...