De la rue à votre écran, avec Funambules Médias

« Dans un contexte artistique où de plus en plus d’œuvres sont réalisées sur les personnes marginalisées, nous croyons qu’il est important de leur redonner une voix propre. »
— Funambules Médias

Montréal compte plus de 30 000 personnes en situation d’itinérance. Si des organismes cherchent à leur fournir logis, repas ou vêtements, peu d’entre eux leur apportent de la nourriture culturelle. Funambules Médias, en partenariat avec La Maison du Père et l’Accueil Bonneau, a donc décidé depuis 2015 d’offrir aux personnes en situation d’itinérance, pendant la saison froide, des projections de film et des activités de médiation inspirées de la formule estivale du Cinéma sous les étoiles, un festival qui projette  des documentaires sociaux et politiques dans les parcs de Montréal. Avec De la rue à votre écran, des personnes en processus de réinsertion sociale après avoir connu la rue se voient offrir des ateliers et des projections de documentaires afin de leur permettre de développer les outils nécessaires à la réalisation de leurs propres œuvres cinématographiques.

©FunambulesMédias

©FunambulesMédias

 

Des œuvres fortes qui créent la discussion

En partenariat avec chaque institution, l’organisme sélectionne une série de huit films documentaires sociaux et politiques. Les films abordent les thèmes liés, entre autres, aux Premières nations, à l’environnement, à la politique québécoise ou aux conflits internationaux. Les projections se déroulent à La Maison du Père et à l’Accueil Bonneau dans un cadre propice aux échanges. Elles sont à chaque fois suivies d’une discussion animée par les réalisateurs ou par un membre de l’équipe de Funambules Médias. Ces discussions offrent aux participants non seulement un contact avec des œuvres fortes et sans compromis qui parlent d’enjeux contemporains, mais aussi un espace de parole valorisant et une porte d’entrée vers une meilleure compréhension de la création cinématographique. Pour les réalisateurs aussi, l’expérience est très différente de celle qu’ils vivent normalement en salle. Ici, la proximité permet des échanges humains forts, ainsi que des débats critiques enflammés.

L’an passé, le public a pu découvrir République, un abécédaire populaire d’Hugo Latulippe, Godin de Simon Beaulieu, Québékoisie de Mélanie Carrier et Olivier Higgins, De prisons en prisons de Steve Patry, Pierre Falardeau de Carmen Garcia et German Gutiérrez, et Vol spécial de Fernand Melgar.

 


 

[youtube width= »600″ height= »450″]https://www.youtube.com/watch?v=TO93edak5K0[/youtube]
Bande annonce de Pierre Falardeau, de Carmen Garcia et German Gutiérrez
Une longue discussion en présence de German Gutiérrez a permis une incursion plus intime dans la vie personnelle de Pierre Falardeau, un voyage autour de son œuvre et une réflexion sur l’utilisation de la satire comme outil d’analyse sociale et moyen d’expression artistique. À partir de cette citation : « Si tu te couches, ils vont te piler dessus. Si tu restes debout et tu résistes, ils vont te haïr, mais ils vont t’appeler “monsieur“ », les participants ont débattu sur le rapport que nous entretenons avec la notion de résistance.


 

À la Maison du Père, les projections ont été proposées prioritairement aux personnes en réinsertion du J.A. de Sève, un centre d’hébergement de longue durée pour les hommes de 50 ans et plus, qui ont souffert ou souffrent de problèmes de dépendance ou de santé, et qui désirent se sortir de la rue. Tous les lundis soir, entre 10 et 20 hommes étaient présents pour participer aux activités. À l’Accueil Bonneau, les activités étaient offertes à tous sur inscription. Le Centre de jour est un lieu d’échange et de socialisation qui répond aux besoins de première nécessité des personnes en situation d’itinérance. Là aussi, une dizaine de fidèles étaient au rendez-vous chaque semaine, et la majorité d’entre eux a pris part aux ateliers qui ont suivi. C’ est grâce à la grande implication de tous les participants que le projet a été une si belle réussite.

 

Activités de médiation et de création

Pour donner suite à la série de projections, les participants sont invités à s’impliquer dans des ateliers de création touchant autant à la scénarisation qu’à la prise de vue et au montage. Accompagnés à chaque étape par des professionnels du cinéma, ils écrivent des dialogues et les adaptent, apprennent le jeu d’acteur, les techniques de réalisation et les défis de montage. Les ateliers mènent à la réalisation de courts métrages en s’inspirant des réflexions théoriques et des formes esthétiques des films qui ont été projetés. L’an dernier, ils ont réalisé deux courts métrages. Les films produits ont été présentés lors d’une projection spéciale au Centre Phi.

Cette année encore, le projet De la rue à votre écran espère offrir une dizaine de projections et d’ateliers aux personnes en situation d’itinérance de la Maison du Père et de l’Accueil Bonneau.

©FunambulesMédias  

©FunambulesMédias

À noter : Le projet De la rue à votre écran a bénéficié du soutien financier du Programme de partenariat, culture et communauté.

En savoir plus

>> Découvrez les deux courts métrages réalisés par les participants du projet de médiation : 


[vimeo width= »600″ height= »400″]https://vimeo.com/141456983[/vimeo]
La réinsertion sociale
La réinsertion sociale, écrite par Michel, l’un des participants, met en vedette Marcel, un homme en processus de réinsertion sociale. Le film à l’esthétique des films noirs des années 1930 présente les différentes étapes de son parcours. Loin du misérabilisme documentaire traitant souvent ce genre de sujet, le style et le ton ludique dépeignent sous un jour nouveau l’expérience de l’auteur et ouvrent une réflexion plus universelle sur la réalité des personnes qui traversent cette expérience.


 

[vimeo width= »600″ height= »400″]https://vimeo.com/141588159[/vimeo]
Je me souviens
Je me souviens, donne la parole à sept personnes et à leurs souvenirs. La forme, directement inspirée de République, un abécédaire populaire, met l’accent sur les expériences de vie des participants reliées à un souvenir donné.


 

>> Découvrez notre dossier spécial sur la médiation culturelle dans les arts médiatiques et le cinéma­.

Autres articles pouvant vous intéresser

Laisser un commentaire

Dites-nous ce que vous en pensez...