La danse contre la violence

Quoi ? Des ateliers de danse pour les femmes victimes de violence conjugale
Qui ? Gina Gibney Dance, La Dauphinelle, l’Agora de la danse et Montréal Danse

 

Source : www.ladauphinelle.org

Danser pour se réapproprier son corps. Danser pour regagner son espace. Voilà les bases du projet de la danseuse professionnelle new-yorkaise Gina Gibney qui a développé une expertise unique de soutien aux femmes victimes de violence conjugale. À travers des ateliers de danse, elle aide de nombreuses femmes brisées à revaloriser leur corps, là par où la blessure est passée.

La compagnie Gina Gibney Dance transmet son expertise en formant d’autres danseurs professionnels et en encourageant le partenariat entre les compagnies de danses et les organismes soutenant les victimes de violence conjugale.

Après New York, Montréal
Ici, à Montréal, c’est la maison d’hébergement pour victimes de violence conjugale La Dauphinelle qui bénéficiera de l’expertise de Gina Gibney. Grâce à la participation de l’Agora de la danse et de Montréal Danse, cette toute nouvelle forme d’alliance « danse et milieu communautaire » permettra à 80 femmes de reprendre leur vie en main.

Trois mots ressortent de ce projet : courage, confiance et collaboration. Pour ces femmes, ce sont trois mots qui reviennent de loin…

À lire également : L’article du Devoir.

À voir : En février 2010, Gina Gibney Dance a donné trois représentations de son plus récent spectacle View Partially Obstructed à l’Agora de la danse. La représentation du 26 février a été entièrement donnée au profit de la maison d’hébergement La Dauphinelle.

Extrait d’un spectacle de Gina Gibney Dance : Unbounded

À noter : L’Agora de la danse a bénéficié d’un soutien financier dans le cadre du Programme partenariat culture et communauté.

Autres articles pouvant vous intéresser

Laisser un commentaire

Dites-nous ce que vous en pensez...