LA MÉDIATION CULTURELLE EN 3 QUESTIONS : LA MAISON DE LA CULTURE DE RIVIÈRE-DES-PRAIRIES

Découvrez régulièrement les savoir-faire développés par des intervenants de la médiation culturelle dans le cadre de notre série d’entrevue «LA MÉDIATION CULTURELLE EN 3 QUESTIONS». Une mine d’informations pour les artistes, les organismes culturels et communautaires, les diffuseurs culturels et tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur la médiation culturelle à Montréal.

«Les activités de médiation sont plus pertinentes lorsqu’elles sont le résultat d’une réflexion conjointe entre des équipes des maisons de la culture, les médiateurs et les artistes. »
— Maryse Dumouchel

 

L’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles a décidé de cibler majoritairement les jeunes de 5 à 17 ans dans ses projets de médiation ces dernières années. Pouvez-vous nous parler des défis importants que l’on rencontre quand on travaille avec les jeunes ?
Il est primordial de travailler avec les écoles comme partenaires quand on travaille avec les jeunes. Les ateliers de médiation viennent alors offrir aux enfants et aux adolescents des manières d’appréhender le monde différentes de celles offertes en classe. La musique, la chanson ou la danse sont de superbes médiums pour les interpeller. Nous avons à Montréal et au Québec des compagnies de danse vraiment intéressantes !

En dehors du cadre scolaire, organiser des activités avec les jeunes nécessite de faire beaucoup d’ajustements. Avec les enfants, il faut organiser les activités en prenant en compte l’emploi du temps, déjà très chargé, des familles. Avec les adolescents, c’est encore un tout autre défi! Il vaut mieux privilégier des activités dans lesquelles les adolescents participent et interviennent directement. Il faut aussi leur proposer des lieux de rassemblement qui les interpellent. Nos salles conventionnelles de diffusion ne sont pas leur lieu de découverte préféré ! Surtout, ils ne veulent pas se sentir piégés dans des horaires stricts. Planifier longtemps à l’avance ne fonctionne pas avec eux. Donc oui, les défis sont grands!

En résumé, je dirais qu’il y a des éléments importants à offrir aux jeunes quand on leur propose une activité de médiation culturelle:
→ travailler avec des organismes dédiés à la clientèle adolescente afin de trouver les «figures d’autorité» que les jeunes vont suivre et respecter dans leur quotidien. Il faut trouver qui sont ces figures d’autorité.
→ offrir des spectacles ouverts à leurs réalités comme des spectacles en extérieur à proximité d’un terrain de basket ou une piste de skate.

Vous travaillez beaucoup avec des trousses pédagogiques distribuées aux professeur.e.s. Pouvez-vous nous dire en quoi elles consistent? 
Les trousses pédagogiques sont distribuées aux professeurs pour qu’ils découvrent les thèmes de l’oeuvre que leurs élèves vont rencontrer et pour qu’ils approfondissent avec eux leurs connaissances de ces sujets. Les trousses contiennent un texte sur le parcours de l’artiste, des informations sur l’oeuvre, des références sur les courants artistiques et sur des artistes liés au même genre. À cela peut s’ajouter le livre dont la pièce est issue ou une revue spécialisée qui aborde la thématique principale du projet de médiation. Il est aussi intéressant d’ajouter un petit lexique associé à la forme d’art abordée par le projet de médiation. En fait, tout document papier ou vidéo qui soutient les professeurs et les élèves est pertinent pour atteindre les objectifs visés.

Les trousses viennent de deux sources : les compagnies artistiques, et le travail des médiateurs et des équipes de la maison de la culture. La plupart des compagnies de théâtre pour jeunes ont un cahier pédagogique très bien fait. Mais il arrive qu’il n’y ait pas de document pédagogique. Dans ce cas, les équipes des maisons de la culture travaillent à rendre accessibles les informations sur l’oeuvre et sur les artistes.

Comment se passe la collaboration entre la maison de la culture, l’artiste et les partenaires communautaires ? 
Les activités de médiation sont plus pertinentes lorsqu’elles sont le résultat d’une réflexion conjointe entre des équipes des maisons de la culture, les médiateurs et les artistes. L’artiste est impliqué dès le départ, à l’étape même de l’écriture de la demande de subvention. Il est important d’avoir son regard artistique, car c’est lui le spécialiste.  Ensuite, le travail auprès des partenaires est majoritairement fait par les équipes des maisons de la culture. Les maisons sont des institutions de proximité : nous connaissons bien les différents joueurs des milieux où la maison intervient. Par contre, depuis plusieurs années, nous travaillons avec les artistes pour établir une médiation avec les professeurs dans les écoles. Chaque fois que nous avons pu mettre en place ce genre de rencontre de médiation, le résultat a été très positif, les objectifs plus faciles à atteindre, et l’expérience des jeunes améliorée.

L’arrondissement Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles réalise ses projets et son plan de médiation avec le soutien financier du Programme de médiation culturelle des arrondissements montréalais dans le cadre de l’Entente sur le développement culturel de Montréal.

 

L’arrondissement Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles

Ces dernières années, l’arrondissement Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles a développé des actions importantes pour rendre plus accessibles les arts visuels, les arts de la scène et surtout la danse contemporaine auprès des habitants de ses quartiers. En médiation culturelle, il cible principalement les jeunes de 5 à 17 ans avec un programme de rencontres avec le théâtre, la danse contemporaine ou les arts numériques. En 2016-2017, les enfants et les adolescents ont pu découvrir le processus de création de compagnies de danse et des compagnies de théâtre comme le Théâtre Incliné, Human Playground, le Théâtre Bouches décousues ou le Théâtre Advienne, échanger avec l’artiste Samian ou participer à des ateliers en arts numériques avec la SAT.

 

Quelques projets de médiation culturelle réalisés dans l’arrondissement

  • Alors, on danse?, un projet de médiation culturelle de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, de concert avec les chorégraphes et les artistes des compagnies Bouge de là, Destins Croisés et PPS Danse.
  • Idéogrammes, une expérience sonore d’Audiotopie avec les habitants de l’arrondissement

 

Découvrez d’autres entrevues avec des intervenant.e.s spécialisé.e.s en médiation culturelle

 

Pour plus d’informations :

Maryse Dumouchel :marysedumouchel@ville.montreal.qc.ca
Agente culturelle
Maison de la culture de Rivière-des-Prairies

 

Photographies : Projet de médiation en danse contemporaine/urbaine réalisé en avril 2016 avec la compagnie Ample Man Danse et un groupe d’élèves de 2e année de l’école Simone-Desjardins. Crédit photo : Rihab Essayh.

 

Autres articles pouvant vous intéresser

Laisser un commentaire

Dites-nous ce que vous en pensez...