Un prix Grafika pour l’identité visuelle de «Un million d’horizons»!

 

  Le 375e anniversaire de Montréal a été célébré dans tous les quartiers de la ville avec l’événement en art contemporain Un million d’horizons (1 x 19 = 1 000 000). Le réseau Accès culture a proposé aux Montréalais et aux Montréalaises l’événement Un million d’horizons sur tout le territoire de la Ville de Montréal pour poser un regard inspiré par l’histoire, dans un esprit de commémoration, mais tourné vers l’avenir. Pour la première fois dans l’histoire du Montréal actuel, toutes les maisons de la culture et les lieux de diffusion municipaux ont accueilli des artistes de Montréal et des régions dans un même événement pour offrir à la population toute la richesse et la diversité de la création en arts visuels et numériques.

Sous l’égide de la commissaire invitée Nathalie Bachand et des agents culturels des arrondissements, ce grand projet rassembleur invitait les Montréalais.es à plonger dans des univers variés, allant de la BD à la cartographie collaborative, de la peinture actuelle aux arts numériques. Au programme : expositions, rencontres originales, parcours, cocréation et ateliers autour du jeu de l’oie, de l’Expo 67, de l’utopie architecturale, des techniques picturales et même, de la « religion » du hockey au Québec !
Dans les 19 arrondissements, plus d’une cinquantaine d’artistes et de duos d’artistes ont participé à 32 expositions nprofessionnelles, 23 projets de médiation culturelle, des centaines d’ateliers et d’activités de découvertes artistiques, pour aller à la rencontre de milliers de spectateurs et de participants aux quatre coins de la ville dans une optique d’échanges pour imaginer la ville ensemble.

 Bravo à l’équipe de design de Principal et à celle du réseau Accès culture qui ont remporté un prix Grafika pour l’identité graphique de l’événement!

 

 La culture partout sur le territoire montréalais

 

Il est indéniable que la culture est l’une des assises de l’identité, du dynamisme et du caractère distinctif de Montréal, dont la réputation internationale de grande métropole culturelle n’est plus à faire. La culture est l’un des éléments moteurs d’une vision durable de son développement qui mise sur le vivre-ensemble pour favoriser l’inclusion de toute la population. Par sa capacité de se renouveler, la culture procure une vision élargie du monde. Cette culture vibrante et métissée repose sur la créativité, la recherche et le travail quotidien des artistes, des artisans et des créateurs montréalais. L’excellence de leurs œuvres et de leurs propositions artistiques rayonne à travers le monde et fait de Montréal une véritable métropole culturelle.

La présence affirmée de la culture dans la vie des grandes villes est une tendance mondiale. Les villes ont compris l’attrait de la culture pour les citoyens en quête d’une qualité de vie pour eux et leurs enfants. Les arts et la culture sont présents dans tous les quartiers de Montréal de même que sur l’ensemble du territoire de la grande région métropolitaine, car cette vie culturelle de proximité contribue directement à la vitalité sociale et économique des communautés montréalaises.

Avec ses 1 700 000 habitants, dont 34% sont immigrants, la Ville de Montréal désire plus que jamais favoriser le développement culturel local partout sur le territoire de la ville dans ses 19 arrondissements. D’ailleurs, la nouvelle Politique de développement culturel de la Ville de Montréal, intitulée Conjuguer la créativité et l’expérience culturelle citoyenne à l’ère du numérique et de la diversité, confirme cette orientation avec un chantier majeur consacré au vivre-ensemble incarné dans les quartiers montréalais.

Le réseau Accès culture avec ses lieux de diffusion professionnel, le réseau des bibliothèques municipales ainsi que les initiatives de médiation culturelle favorisant l’engagement des artistes professionnels auprès des communautés et des personnes marginalisées contribuent largement à faire de Montréal une métropole culturelle accueillante et inclusive. Pour favoriser l’accessibilité culturelle, la Ville de Montréal possède un formidable levier avec le réseau Accès culture, soit 24 diffuseurs municipaux incluant 13 maisons de la culture. Ce réseau assure une culture de proximité sur tout le territoire et favorise un mode de développement intégré entre les arrondissements et le service central de la ville. En accord avec les principes de démocratie et d’équité territoriale, ce réseau contribue à l’inclusion et à la vitalité des milieux en favorisant les partenariats et la participation des citoyens à la vie culturelle de la métropole.

Le déploiement de l’événement «Un million d’horizons» dans tout le réseau Accès culture représente un succès inestimable pour créer des liens entre les arrondissements et les quartiers à travers des projets communs, des rencontres de cocréation inspirées par la notion de territoire, autant d’occasions qui permettent de croiser les imaginaires pour réinventer la ville.

 

 Une infinité d’horizons artistiques

 

Partout à Montréal, la population était invitée à partager avec les artistes leur vision d’une ville constituée d’une infinité d’horizons, puisant à la fois dans le patrimoine et l’imaginaire, en visitant des expositions, en participant à des rencontres et à des œuvres de cocréation. Toutes les activités étaient offertes gratuitement sur tout le territoire de manière à créer un événement accessible et inclusif pour tous les Montréalais et Montréalaises.

La programmation a fait découvrir une vaste diversité de démarches artistiques contemporaines à tous les types de publics pour que chacun s’approprie la ville avec son propre langage. Dans l’arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, Paul Abraham et Paul Brunet ont créé un parcours narratif inspiré du western, de la science-fiction et des superhéros avec Storytelling. Une exposition qui a attiré un nombre record de familles. Avec son exposition Le temple des glorieux, l’artiste Étienne Rochon alias Arthur Desmarteaux invitait le public à réfléchir à la place du hockey et de la religion en ville dans une installation à la fois sculpturale et picturale. L’exposition de Pascal Dufaux plaçait le spectateur face à lui-même dans un ballet d’images captées et retransmises par un système de miroirs et de caméras. Les Réflexions scopiques de l’artiste nous projetaient vers un horizon où nos écrans sont devenus le reflet de nos affects. Transportant le public dans un univers complètement différent, Les îles dans les îles de l’artiste David Lafrance redéfinissaient la ville. À la manière d’un poète géographe, l’artiste offrait une peinture aux contours aussi fluides que le Saint-Laurent qui égrène son chapelet d’îlots qui interagissent au gré des œuvres.

Paul Brunet & Paul Abraham. Storytelling. Maison de la culture Mercier. Crédit: Danièle Racine

Avec plus d’une centaine d’activités, les citoyens ont pu s’engager dans des rencontres originales avec les artistes, des parcours, des cocréations, des activités de sensibilisation et des ateliers autour du jeu de l’oie, de l’Expo 67, de l’utopie architecturale, et même, de la « religion » du hockey au Québec! Les 23 projets de médiation culturelle élaborés sur mesure avec le partenariat des écoles, des camps de jour, des résidences pour aînés et des organismes communautaires de chaque quartier facilitent  les rencontres culturelles et l’implication de certains groupes ciblés comme les jeunes, les personnes en situation d’immigration ou les aînés.

 

 Une programmation accessible et inclusive

 

Un million d’horizons s’inscrit dans une démarche durable de développement culturel où la programmation participative, les partenariats avec les acteurs communautaires de chaque arrondissement et les équipements en transport actif facilitent l’accessibilité géographique, sociologique et économique de la culture et des arts. Des circuits gratuits en autobus ont été proposés aux Montréalais pour éliminer les barrières géographiques. Et les projets de médiation culturelle ont permis de tisser et de solidifier des fibres multiculturelles et intergénérationnelles avec des populations plus éloignées. La médiation culturelle rejoint en cela les objectifs de l’Agenda 21 de la culture en créant des ponts entre les créateurs et les populations, en suscitant la créativité et en contribuant à développer le lien social en milieu urbain, dans le respect des appartenances et de la diversité.

La programmation a fait la part belle aux activités de cocréation qui mettaient en valeur la qualité du milieu de vie et la présence de la nature dans la ville. Ainsi, avec Lettres d’amour aux arbres centenaires de Montréal, l’artiste Patsy Van Roost et le poète Bertrand Laverdure ont jumelé les jeunes de cinq écoles et les aînés de quatre résidences du Sud-Ouest dans le cadre d’un projet de poésie consacré aux arbres centenaires. Ils ont été accompagnés de guides expérimentés des Eco-quartiers pour transmettre leur passion des arbres. L’activité est partie en tournée dans neuf autres quartiers pour rencontrer les Montréalais et Montréalais dans des ateliers festifs pour petits et grands lors de pique-niques empreints de poésie dans les parcs de Montréal.

Avec leurs projets de cartographie collective, les artistes Suzanne Joos, Emmanuelle Jacques et Dominique Ferraton & Maia Iotzova ont offert aux quatre coins de la ville un véritable hommage au vivre-ensemble. Les artistes ont invité les passants à se réapproprier le territoire montréalais en construisant des cartographiques sensibles enrichies de leur expérience intime et quotidienne du territoire urbain.

Emmanuelle Jacques. Histoires croisées à Verdun et à Pierrefonfs-Roxborro. Crédit : Geneviève Massé.

 

 

 Une approche territoriale originale

 

La grande originalité d’Un million d’horizon repose sur la collaboration inédite de tous les arrondissements montréalais pour offrir aux citoyens un événement d’excellence en art contemporain partout sur le territoire. L’approche territoriale originale qui a été choisie a permis de construire une grande cartographie affective nourrie par le regard des artistes et par la vie des citoyens. L’événement rassemblait  pour la première fois toutes les maisons de la culture et tous les lieux de diffusion municipaux.

Pour couvrir l’événement de manière originale, le réseau Accès Culture a proposé à des blogueuses qui venaient des arts visuels, de la poésie, de la bande dessinée et du théâtre de faire voir les expositions et les activités à travers leur regard et leur propre langage. Pendant tout l’été, l’auteure Claire Moeder, la bédéiste Julie Delporte, la critique Marie-Ève Leclerc-Parker et la médiatrice Julie Legault se sont relayées sur le blogue pour donner un portrait vivant et pluriel de la programmation.

 

Autres articles pouvant vous intéresser

Comments are closed.